Il y a des patrons de biodiversité semblables entre les forêts de l’est de l’Amérique du Nord et de l’est de l’Asie. Et l’une habite l’autre. Le saviez-vous?

RAPPEL : Ce n’est un secret pour personne, je suis une papivore, une lectrice assidue et une amoureuse du papier. Cette noble matière recyclable vient d’une ressource naturelle, renouvelable: la forêt.

Nous avons beaucoup de chance au Canada: notre forêt recouvre 45 % du territoire. Je vous invite à revisiter sur 12 mois différentes façons d’apprécier cette forêt. La forêt a besoin de nous et nous avons besoin d’elle.

Il était une fois la forêt, ce fut d’abord un beau livre que j’ai écrit pour célébrer les arbres et l’incroyable richesse qu’ils représentent pour les humains et la biodiversité. Pour ce faire, j’ai interviewé 12 conteurs, chacun expert dans son domaine. Laissez-les vous parler de la forêt avec amour et respect, comme si vous aviez la chance de les écouter autour du feu…

Daniel Gagnon, à la fois doyen de la faculté des sciences de l’Université de Regina, Saskatchewan, chercheur et enseignant à l’UQAM, au Québec, fait partie de ces conteurs. Il nous parle de forêts et de biodiversité.

 

Sur Terre, une diversité astronomique!

La forêt abrite une large part de la biodiversité. Ici, un chevreuil en alerte dans la forêt enneigée.
Chaque espèce a son rôle dans la nature, et on ne le connaît pas toujours.

 

Combien d’espèces vivantes y a-t-il sur la planète? Comment se porte la biodiversité? À l’heure actuelle, on en a identifié un peu moins de deux millions. Mais ça, c’est ce qu’on connaît. Les estimations les plus prudentes font plutôt état de dix millions d’espèces sur Terre. Ça veut dire qu’il nous en reste à découvrir. Sans compter que, dans certaines régions du globe, des espèces vont disparaître avant même d’être recensées par la science.

 

On connaît surtout les oiseaux et les mammifères, parce qu’on s’intéresse davantage à ce qui nous ressemble. On ne s’intéresse généralement que peu ou pas aux limaces, aux animaux qui ne sont pas beaux ou à ceux qui font peur. Les gens aiment moins en entendre parler.

 

On apprend cependant avec ravissement qu’on trouve encore à Madagascar –une île à 90 % déforestée– de nouvelles espèces de mammifères, plus précisément de lémuriens, soit le groupe de primates le plus primitif, qui ne se trouve d’ailleurs que là-bas. On constate en effet, sur les grandes îles océaniques, un taux d’endémisme très élevé, c’est-à-dire la présence d’espèces uniques.

 

Ce qu’on sait moins, c’est que même si le taux d’endémisme est relativement faible au Canada –étant donné qu’il fait partie d’un vaste continent–, il accueille lui aussi des espèces uniques. Et nous avons la responsabilité d’en assurer la conservation, car personne ne le fera à notre place.

 

Saviez-vous, par exemple, qu’il ne reste qu’environ 300 individus d’une espèce de poisson, le chevalier cuivré, dans la rivière Richelieu, et qu’on n’en trouve nulle part ailleurs dans le monde?

 

La pression humaine sur la nature

 

Les problèmes environnementaux sont causés par des excès de population, lorsque trop de gens utilisent trop de ressources. Il y a beaucoup d’humains sur Terre, et il y en a de plus en plus. Or, la plupart des experts s’entendent à dire qu’on n’est pas loin du nombre d’humains que la planète peut nourrir. Et pourtant, la population mondiale va continuer de croître.

 

La fortune, on le sait, est très inégalement répartie. Les ressources aussi. Et toutes les terres arables de la planète sont déjà exploitées. Si on réussit à produire plus de nourriture, c’est parce qu’on arrive à le faire de façon plus productive, et non parce qu’on augmente la superficie des terres. Cela dit, déjà 40% de la productivité primaire brute de la planète est exploitée par l’homme – une espèce, faut-il le rappeler, parmi plusieurs millions d’autres!

 

La biodiversité est sous pression. Et elle est menacée par la perte d’habitats, la surexploitation et les espèces exotiques – du fait de l’accélération des échanges mondiaux.

 

La biodiversité : des histoires entremêlées

Notre forêt de feuillus

Il y a cinquante millions d’années, à l’époque tertiaire, la forêt feuillue dominait l’hémisphère Nord. L’actuel continent nord-américain et l’Eurasie ne formaient alors qu’un bloc. Par conséquent, cette forêt était continue.

 

Puis il y a eu la dérive des continents et la formation de chaînes de montagnes. Celle qui nous concerne ici, c’est celle des Rocheuses, qui sont des montagnes jeunes, comme l’Himalaya d’ailleurs. Et qu’est-ce que ça fait, de grosses chaînes de montagnes? Eh bien, ça coupe les vents dominants d’une région et ça crée des patrons de précipitations qu’on qualifie d’orogéniques, c’est-à-dire causés par des montagnes. Ce qui génère les montagnes, c’est la dérive des continents. Donc, les montagnes n’ont pas toujours été là, et quand les Rocheuses sont apparues, cela a créé une grande zone sèche plus à l’est: les Prairies.

 

Les zones de végétation de forêts décidues à climat humide comme celles qu’on trouve dans l’ouest de l’Europe, l’est de l’Asie et l’est de l’Amérique du Nord sont ce qui reste de ces bouleversements. Du coup, on comprend mieux qu’il y ait des patrons de biodiversité semblables entre les forêts de l’est de l’Amérique du Nord et de l’est de l’Asie. Et pourquoi, par exemple, on trouve du ginseng en Asie et en Amérique du Nord.

 

Le ginseng

Les plantes à fruits, comme ginseng, sont repérées par de nombreux animaux de la forêt. Une très petite proportion des graines donnera un nouveau plant.
Depuis 2001, le ginseng à cinq folioles est une espèce protégée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au Québec.

 

En 1716, le père Jartoux, un jésuite, travaillait pour l’empereur de Chine. Les jésuites étaient alors les hommes de science de l’Occident, et celui-là se spécialisait dans l’arpentage et la cartographie. Il vint à savoir que l’empereur prisait énormément le ginseng, et qu’il en achetait des racines contre trois fois leur poids d’argent. Et après avoir lu la correspondance de ses confrères d’Amérique dans Les relations des jésuites, où chacun relatait ce qu’il voyait dans le monde, il écrivit qu’en Chine, il existait beaucoup d’espèces semblables à celles qu’on trouve ici : des érables, des chênes, des hêtres… et le ginseng tant prisé, dont il fit un dessin.

 

À Montréal, n’en voyant pas, le père Lafiteau montra l’illustration aux Iroquois, qui connaissaient très bien la fameuse racine et qui s’en servaient comme plante médicinale. Son nom latin, panax, vient du grec «panacée». On dit en effet qu’elle soigne tout parce qu’elle a une forme presque humaine avec ce qui semble être des bras et des jambes. Bref, les jésuites exportèrent du ginseng vers la Chine par l’entremise de la Compagnie française des Indes. À cette époque, c’était pour tout dire la deuxième exportation en importance après les fourrures! Ainsi commença la ruée vers le ginseng, dont l’apogée a été suivie d’un rapide déclin, le tout, en moins de 40 ans!

 

Le frère Marie-Victorin rapporte toutefois qu’au lieu de laisser les racines sécher lentement dans les greniers, on les séchait au four pour aller plus vite. Ce fut d’ailleurs la cause de la dépréciation du ginseng canadien, dont il ne resta bientôt plus que le dicton populaire «Ça tombera comme le ginseng». La chasse au ginseng –qui l’a pratiquement éradiqué des forêts– a fait place de nos jours à sa culture sous ombrière, qui se pratique surtout en Ontario.

 

Il faut deux ans pour produire une racine de ginseng sous ombrière, alors qu’en forêt, cela demande 15, 20, et parfois même 35 ans. Comme l’ail des bois, c’est un beau produit de la forêt qui n’est pas du bois. Toutefois, lorsqu’on cueille l’ail des bois ou le ginseng, on prélève le plant entier. La cueillette entraîne donc la mort du plant, de sorte qu’il convient de mesurer ce qu’on peut ou non ramasser en forêt. Le commerce de l’ail des bois a d’ailleurs été interdit au Québec, du fait même que les populations de nos forêts disparaissaient sous la pression de sa cueillette à des fins commerciales.

 

La tourte

 

Maintenant, imaginons le lien entre la forêt de feuillus, le ginseng et la tourte des premières tourtières!

 

Le ginseng produit à l’automne de beaux fruits rouges. Les fruits rouges, eux, sont dispersés par des animaux qui distinguent les couleurs. Et les animaux qui distinguent les couleurs, il y en a très peu. Il y a les primates –comme nous–, les écureuils et les oiseaux. Les cerfs de Virginie ne distinguent pas les couleurs ; les ratons laveurs non plus. Ces espèces voient en noir et blanc.

 

La tourte était un pigeon forestier. Des récits relatent que des voiliers de tourtes obscurcissaient le ciel, et qu’elles nichaient en nombre dans les arbres, dans les gros chênes, par exemple. Il arrivait même que les branches croulent sous le poids des individus. Il ne s’agissait donc pas d’un pigeon de ville, mais bien d’un pigeon des forêts qui s’y nourrissait de fruits, et peut-être bien de ceux du ginseng.

 

De nos jours, on ne voit pas d’oiseaux qui mangent et dispersent ces fruits. Le plus souvent, ce sont de petits rongeurs qui les mangent, et ils croquent habituellement la graine. Les oiseaux, par contre, se contentent d’avaler, puis vont se percher plus loin pour digérer la pulpe des fruits; ils défèquent du haut d’une branche d’arbre et dispersent ainsi les graines d’une forêt à l’autre.

 

Quant au ginseng d’aujourd’hui –imaginez qu’il se trouve dans des boisés du sud du Québec–, où il se voit isolé à travers une mer de maïs et de soya. Quelques populations vestiges subsistent en effet, et si d’aventure elles disparaissent d’un boisé, on pourrait croire qu’elles seront réintroduites par un oiseau qui disperse ses graines. Mais le fait est que, de nos jours, les graines de ginseng ne sont plus dispersées que par gravité – elles tombent bêtement à côté du plant. Ça ne mène pas loin, ça!

 

Tout cela pour illustrer qu’on ne connaît pas la valeur réelle de la tourte qu’on a perdue, et pas seulement comme ingrédient d’un pâté à la viande. Elle a peut-être joué un rôle écologique important. Chaque espèce a son rôle dans la nature, et on ne le connaît pas toujours. On est en fait très ignorant de la valeur intrinsèque de la plupart des organismes de la biodiversité.

 

Vivre et laisser vivre

La biodiversité, c'est des mammifères, mais encore davantage d'animaux ou de plantes qu'on connaît peu ou pas du tout.
Très peu d’animaux distinguent les couleurs : les primates — comme nous—, les écureuils et les oiseaux.

 

On entend souvent dire qu’il faut mettre la forêt en valeur. Comme si, lorsqu’on n’en fait rien, elle n’en avait aucune! Cette vision des choses tend toutefois à se nuancer. D’aucuns, comme les Autochtones, disent plutôt que la forêt nous est octroyée, et d’autres, ailleurs dans le monde, que nous sommes gestionnaires des espèces pour nos enfants.

 

La race humaine évolue. De nos jours, on estime inadmissible de réduire d’autres humains à l’esclavage, et encore plus de les tuer. Peut-être cette forme de pensée s’étendra-t-elle bientôt à d’autres espèces… La philosophie commence d’ailleurs déjà à changer. Dans les parcs nationaux, par exemple, on voyait il y a une trentaine d’années, des panneaux du genre: «Ne cueillez pas les fleurs afin que d’autres puissent les admirer.» Maintenant, on verrait plutôt quelque chose comme: «Ne cueillez pas les fleurs parce qu’elles ont autant le droit d’exister que vous. Vous êtes ici dans leur habitat. Alors, s’il vous plaît, ne les dérangez pas.» Non pas de crainte de priver de plaisir un prochain visiteur, mais plutôt de détruire des individus de l’espèce. C’est ça qui compte, pas le plaisir d’autres humains. Il s’agit en quelque sorte d’une vue altruiste de la nature qui consiste à laisser vivre les autres espèces, dans la foulée du «vivre et laisser vivre». Pas seulement son voisin humain, mais aussi d’autres espèces avec lesquelles nous partageons l’univers, notre univers à nous, la Terre.

 

Vous avez apprécié cette exploration? N’hésitez pas à la faire suivre aux amoureux de la nature. Nous reviendrons bientôt vous parler de la forêt des Autochtones.

À très bientôt,

 

Isabelle

Vous aimerez sans doute lire les articles déjà parus dans cette série consacrée à la forêt:

Découvrez la forêt comme paysage

Comment le climat sculpte la forêt

La forêt comme habitat de la biodiversité (3 de 12)

5 thoughts on “La forêt comme habitat de la biodiversité (3 de 12)

  • 2021-01-11 à 08:22
    Permalien

    Oh, quelle belle idée d’article ! Cela ravit mon cœur de botaniste (mon premier métier) et mon amour de la forêt (suisse chez moi, mais j’adorerais découvrir les forêts canadiennes !) 🙂

    Répondre
    • 2021-01-11 à 08:29
      Permalien

      Merci, Aline, pour ce message du fond du coeur. Nous avons de la chance, toi et moi, de vivre dans un pays où la forêt, ça veut dire quelque chose. Prenons-en soin. Valorisons-là! Et bienvenue au Canada 🙂

      Répondre
  • 2021-01-12 à 08:35
    Permalien

    Le chevalier cuivré, la tourte et le ginseng, que des belles choses que je vais raconter à mes enfants à qui le Québec manque en ce moment (pour la neige, hihi). Merci pour cet article riche et instructif. J’ai même appris quelque chose sur les lemuriens de Madagascar, d’où je viens ✨

    Répondre
    • 2021-01-12 à 08:43
      Permalien

      Bonjour Véro, merci pour ce témoignage qui nous rapproche. Grande Terre et petite planète à la fois. Pour tes enfants : nous avons reçu une belle poudreuse cette nuit, 10 cm de farine fraiche, un temps doux (-1 degré) et des bruits de pas feutrés. Il y a deux articles dans cette série (celui-ci est le troisième). Clins d’oeil aux saisons assurés.

      Répondre
      • 2021-01-12 à 11:08
        Permalien

        Oh ! Merci, je leur dirai.
        Je découvrirai avec plaisir les 2 autres de la série.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *