Propager la bonne nouvelle de votre résolution de l’année est un excellent moyen gratuit, rapide et efficace de ne pas y déroger. Est-ce qu’au fond de votre cœur ça vous fait peur d’être certain de tenir cette résolution? Ou est-ce que l’idée d’y parvenir vous réjouit? Un peu les deux?

Statue d'un joueur de clairon qui appelle
Claironnez haut et loin la bonne nouvelle de votre résolution, de votre projet.

 

Ça paraît simple, et pourtant. Chaque année on fait le bilan annuel, on se dit, cette année je le fais, puis on s’oublie. Je dis bien «on s’oublie» et non pas on oublie. C’est bien plus grave, docteur. Mais ça se soigne.

Qu’il s’agisse d’arrêter de fumer, d’éviter le gaspillage, de changer de carrière, ou de créer un nouveau produit ou service pour votre entreprise, le fait est qu’il faut, pour tenir votre résolution de l’année — comme toute autre résolution — réunir ces deux ingrédients:

  1. D’abord se décider
  2. Propager la bonne nouvelle

Pourquoi est-ce si important?

 

D’abord, décidez-vous

C’est l’évidence, me direz-vous, mais… comment se fabrique, se vérifie une décision fondée? C’est moins évident, non?

Il faut, pour cela, qu’elle réponde à un besoin et que vous retrouviez la sensation de son manque. Je m’explique.

Imaginons que mon double objectif de l’année soit de travailler moins, et pourquoi pas, de gagner plus.

  1. Il faut que je réalise, une fois dressé mon bilan personnel, que je travaille 50 heures par semaine, et que ce faisant, je n’ai plus le temps ou l’énergie de développer de nouveaux projets, de m’adonner au tai-chi, de marcher dans la nature, d’aller au concert, de voir les gens que j’aime ou de rire de bon cœur.
  2. Il faut que je réalise aussi que mes revenus ne me permettent pas de saisir la chance — de prendre le risque, diront certains —  d’explorer une nouvelle avenue professionnelle, de développer une nouvelle compétence ou tout simplement de m’offrir du bon temps.
  3. Une fois cette réflexion développée, achevée — et c’est là que tout se fonde —, il vous faut prendre le temps de ressentir profondément votre état actuel. Arrêtez-vous, fermez les yeux, calmez-vous, respirez lentement et ressentez-le, ici et maintenant. Notez précisément vos raideurs aux épaules, votre dos voûté, un point au creux de l’estomac, vos pieds qui sont mal posés au sol, la chaleur de votre corps, vos mains moites, votre souffle, ou tout autre élément qui correspond à votre état.
  4. Puis projetez-vous, imaginez-vous là où vous vous trouverez demain, dans trois mois, six mois, lorsque votre projet sera complété et bien ancré. Prenez à nouveau le temps de vous plonger dans les sensations qui accompagnent ce nouveau projet de vie: redressement des épaules, tête haute, respiration… Notez bien cet ensemble de sensations heureuses.

Votre résolution, votre projet s’incarne. Et dès à présent, vous pouvez basculer d’un état à l’autre pour ressentir votre objectif, celui de votre odyssée personnelle.

 

Ensuite, propagez la bonne nouvelle

Sans plus attendre, annoncez votre résolution de l’année, votre projet — selon votre objectif — à vos proches, vos amis, vos collègues ou même à vos clients.

Il y a fort à parier que vous bénéficierez du soutien de chacun dans vos progrès pour atteindre ou maintenir votre objectif. Que vos proches, amis, collègues ou clients se feront complices de votre réussite, avec intérêt et empathie.

Même mes clients? Eh, oui, même vos clients. Tout est dans la manière. Si votre projet est industriel, que vous lancerez bientôt un nouveau produit ou service, vous pouvez dès les premières étapes franchies, commencer à l’annoncer. Vous montrerez ainsi votre dynamisme, votre vision et certains d’entre eux — ceux qui en ont besoin — attendront de ce fait même ledit service ou produit.

Voyez-vous bien la force que votre annonce vous donne? Sentez-vous la force du nombre? Vous n’êtes plus seul à attendre le résultat. Et, franchement, vous ne voudrez pas décevoir votre entourage en créant de fausses attentes, n’est-ce pas?

Ça, c’est le garde-fou.

 

Le sentiment d’inaccomplissement

Le sentiment d’incomplétude ou d’inaccomplissement est hautement insatisfaisant. Il est minant. Avant de nous quitter, rappelons-nous pourquoi.

L’article que vous lisez s’inscrit dans l’événement interblogueurs Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions. Il a été lancé par Olivier Roland sur son site Devenir meilleur où il traduit des articles de Steve Pavlina. Mon préféré s’intitule Réduire l’effort mental. Si vous avez encore le moindre doute quant à la pertinence d’aller jusqu’au bout des projets qui vous tiennent à cœur, lisez-le. Il vous démontrera qu’un projet accompli à 99 % est toujours inachevé et que son objectif avorté, la satisfaction de ne pas l’avoir mené à bien, les résultats qui en découleraient, continueront de vous échapper.

Pire encore, ils vous hanteront. Votre esprit sera toujours préoccupé, occupé à ressasser des «je devrais pourtant le compléter, le faire, en finir avec…»  vous stressant, vous épuisant, et ne vous laissant pas d’espace mental pour penser à autre chose: un nouveau projet ou tout simplement de ralentir pendant un moment!

Vous l’aurez compris, il en va de même pour votre résolution de l’année.

En espérant que cette idée atteigne votre cœur et votre esprit, je souhaite que les mois qui viennent représenteront la plus extraordinaire année de votre vie. Sincèrement. Égoïstement. Nous profiterons tous de votre épanouissement!

Après tout, la piste est toujours devant.

À très bientôt,

 

Isabelle Quentin

Votre résolution de l’année: propagez la bonne nouvelle!
Étiqueté avec :                            

2 thoughts on “Votre résolution de l’année: propagez la bonne nouvelle!

  • 2021-01-05 à 12:06
    Permalien

    Merci Isabelle pour cet article très motivant.
    Il a fait écho en moi car j’ai testé le concept( sans le savoir bien évidemment), en parlant d’une de mes résolutions il y’a quelques jours à peine . eh bien figure-toi que depuis j’ai.. comme une sorte de pression, au point que je me suis demandée si j’ai bien fait d’en parler .
    Je ne sais pas ce que tu en penses mais en te lisant mon sentiment est qu’il m’a manqué l’étape de la réflexion approfondie.
    Merci encore.

    Répondre
    • 2021-01-05 à 13:28
      Permalien

      Merci, Coumba, pour ton témoignage. En effet, si tu te projettes sans que ton inconscient ait bien saisi à partir de quoi (ton raisonnement, ta réflexion) … il te manque une tape essentielle. C’est souvent l’inverse qui se produit dans nos civilisations dites occidentales. On réfléchit, sans chercher à capter les ressentis (du corps) et les sentiments (du coeur). Dans un cas comme dans l’autre, on ne se projette pas efficacement. Il manque un point d’appui. Mais tu n’as qu’à prendre trente-soixante minutes pour recommencer, pendant que tu es dans cette mouvance… et à revivre les étapes dans le bon ordre, et hop! Bon voyage au pays de toi, et bonne année!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *