On entend tellement souvent l’expression «Une image vaut mille mots» qu’on oublie que le mot vaut, lui, mille images. Depuis que le mot existe. Quant au bon mot, au mot choisi, c’est encore bien davantage. Voyons pourquoi.

L’esprit est libre sans les images

Des yeux dans un arbre symbolise de pouvoir des mots sur la limitation des images
L’esprit est libre sans les images : il construit sa vision Ă  partir des mots et des idĂ©es.

Lorsque vous lisez un roman, un film se construit dans votre tĂȘte. Votre cerveau fertile imagine des personnages, des environnements, qui n’ont rien Ă  voir avec ceux d’un autre lecteur. Ni en couleur ni en forme. Pour chaque mot, pour chaque lecteur, des reprĂ©sentations diffĂ©rentes selon leurs bagages de vie, leurs rĂ©fĂ©rences. Des milliards de dĂ©clinaisons possibles.

Si je vous dis : «Je viens d’acheter une super voiture rouge». Vous aurez peut-ĂȘtre pensĂ© Ă  une petite voiture Ă©lectrique parce que vous ĂȘtes plutĂŽt Ă©colo, Ă  une Formule 1 si vous ĂȘtes intrĂ©pide, Ă  un tout terrain cubique pour accommoder matĂ©riel ou enfants selon que vous ĂȘtes bricoleur ou parent. Alors que moi, je pensais Ă  une vieille voiture de collection. Rouge? Super! De quelle marque?

Votre cerveau a tout de suite rĂ©pondu Ă  l’appel. Une rĂ©ponse personnalisĂ©e.

Les balados et les livres audio ont la cote

Le balado. Ce n’est pas surprenant que le balado (podcast) ait le vent dans les voiles. Des gens de toutes personnalitĂ©s et de tous niveaux d’instruction en consomment de plus en plus. Pourquoi donc?

  • Certains, parce qu’ils peinent Ă  lire (ex.: littĂ©ratie, langue seconde);
  • D’autres, parce que la lecture les fatigue (ex.: position du corps, mal de dos, mauvaise vue);
  • De bons lecteurs peuvent ressentir le besoin de s’éloigner des Ă©crans (ex.: tĂ©lĂ©travail, outils de travail, de loisir, cellulaires (smartphones), cinĂ©ma maison);
  • Ou celui de bouger (ex.: pendant une marche, en faisant le mĂ©nage, en prĂ©parant le repas, en vĂ©lo);
  • D’occuper un temps de transit (ex.: voiture, mĂ©tro, autobus, train, avion);
  • De se reposer, de fermer les yeux (ex.: Ă  la maison, en pause de travail, au parc);
  • Beaucoup ont la volontĂ© d’apprendre (ex.: documentaires, contenus d’apprentissage extrĂȘmement variĂ©s)
  • Plusieurs ont le dĂ©sir de rĂȘver, d’imaginer d’ĂȘtre transportĂ©s (ex.: balado de voyage, rĂ©cit d’aventures)
  • D’aucuns naviguent d’un genre Ă  l’autre avec dĂ©lice.

En effet, pour un grand nombre de personnes, ces raisons se combinent, s’additionnent. Les balados, d’accĂšs faciles, souvent courts, faisant partie d’un ensemble plus vaste, peuvent ĂȘtre Ă©coutĂ©s isolĂ©ment ou regroupĂ©s.

Les livres audio, un genre plus long, offrent une façon d’entrer dans le monde du roman en goĂ»tant lentement le rĂ©cit. Souvent enregistrĂ©s en studio, de belle qualitĂ© et avec des voix qu’on a plaisir Ă  Ă©couter sur plusieurs heures et jours, ils ramĂšnent l’auditeur Ă  une posture ancestrale. On se plaĂźt Ă  imaginer un conteur de talent qui racontait autour du feu une histoire fantastique.

Loin de se limiter Ă  la littĂ©rature, le livre audio propose quantitĂ© de livres pratiques, de fiction, d’essais. La moitiĂ© des livres audio vendus ne sont pas des romans.

Balados et livres audio ont ceci en commun qu’ils nous reposent des images et favorisent notre imagination, notre rĂ©flexion.

Envie d’en connaĂźtre davantage? Lettres numĂ©riques propose un bulletin instructif sur l’évolution des formats, supports et habitudes de lecture.

 

Ce que l’entreprise peut apprendre de ce phĂ©nomĂšne

Nul besoin d'image pour entendre et pour imaginer mille représentations qui nous ressemblent
Écouter un balado ou un livre audio en dĂ©placement, c’est prendre le temps de rĂȘver, d’apprendre, de se divertir sans image, sans Ă©cran.

La communication en entreprise, incluant le marketing, a intĂ©rĂȘt Ă  percevoir et Ă  mesurer le phĂ©nomĂšne. Ces mĂȘmes humains sont aussi vos employĂ©s, vos clients, vos partenaires d’affaires. L’entreprise a beaucoup Ă  (rĂ©)apprendre sur l’importance du mot, avant mĂȘme de penser aux images.

Prenons l’exemple des messages clĂ©s.

 

Vos messages clĂ©s vous distinguent-ils ?

En entreprise, l’importance de vos messages clĂ©s est capitale. Elle fera la diffĂ©rence entre un bruit inutile ou un message qui s’ancrera, qui perdurera.

Prenons ces trois slogans extraordinaires. Que nous apprennent-ils? Comment les interprétons-nous?

«Parce que je le vaux bien!» (L’OrĂ©al)

Ici le «parce que» ferme la porte à toute contestation.

Le «je» est une affirmation bien forte pour la femme française dans les années 70. Et le slogan a duré 40 ans!

Le «le» est extraordinaire. Vous pouvez imaginer ce que voulez!

Le «vaux» est inhabituel. On l’utilise plutĂŽt pour de la marchandise. Pas pour soi-mĂȘme. Je vaux
 TrĂšs trĂšs fort.

«Bien»  bien quoi? Un rouge Ă  lĂšvres Ă  7,95 $? Non, non. Je n’ai pas de valeur marchande. Je suis «bien» au-dessus de ça.

«Conjuguer avoirs et ĂȘtres» (Desjardins)

Une banque. Une bande de calculateurs sans Ăąme, nous disons-nous peut-ĂȘtre! Voudront-ils me prĂȘter ce dont j’ai besoin pour mon entreprise? Pour acheter une maison? Me comprendront-ils, moi qui suis une crĂ©ative, une entrepreneure? C’est pourtant la promesse qu’ils nous font ici.

Conjuguer, c’est la petite Ă©cole, la base, le clan.

Avoir et ĂȘtre. Deux verbes aux antipodes de sens, mais aussi ceux avec lesquels on conjugue tous les autres.

Avoirs et ĂȘtres. L’argent et les personnes ne s’opposent pas ici. Ils sont Ă©gaux. On les accueille, ensemble.

«Ford, c’est fort!» (Ford)

Plus direct que ça, « tu meurs! » C’est fort. Solide. Durable. Rien Ă  ajouter.

Que l’on souhaite acquĂ©rir une voiture, un camion, ou rien du tout, ça reste. GravĂ© dans la tĂȘte.

Et vous l’aurez remarquĂ©, aucune image n’a encore Ă©tĂ© utile
 comme dans «le mot vaut mille images»!

Continuons.

 

À la base, bien maütriser le positionnement

Imaginez que vous ĂȘtes au milieu de l’ocĂ©an dans une embarcation Ă  voiles et que vous n’avez aucun repĂšre visuel. Non seulement ĂȘtes-vous (trĂšs) mal pris, mais vous n’avez aucune idĂ©e de l’endroit oĂč vous vous trouvez.

Ajoutons Ă  cette vision d’horreur, une Ăźle au loin. Ça va dĂ©jĂ  mieux. Vous ne savez toujours pas oĂč vous ĂȘtes, mais vous vous sentez moins seul, vous respirez mieux, vous avez un objectif: rejoindre cette terre coĂ»te que coĂ»te.

Enfin, chemin faisant, au-delĂ  de l’üle, vous dĂ©couvrez une masse beaucoup plus grande. Un continent?

Que se passe-t-il? En navigation maritime, on appelle ça la triangulation optique. Respirez: vous pouvez enfin vous situer.

Il en va de mĂȘme de votre positionnement d’entreprise. Il faut trois repĂšres. Le bateau c’est vous, votre entreprise. L’üle, c’est celui auquel vous adressez vos services ou vos produits. Le continent, c’est l’industrie dans laquelle vous Ă©voluez.

 

Il faut de l'introspection et de l'analyse pour bien connaĂźtre sa position, comme en naviguation.
Le positionnement est avant tout affaire d’observation, de repĂšres, et de mots pour l’exprimer.

La recette rapide : les mots avant les images

Bref, bien avant de penser images, il vous faut:

  • ConnaĂźtre votre industrie: rester Ă  jour sur ce qui se passe.
  • Comprendre et nommer vos forces personnelles, celles de votre entreprise: vous en servir en tout temps.
  • Toucher le client par des valeurs fortes qui rĂ©pondent sincĂšrement Ă  la question : «pourquoi fait-on ce que l’on fait?»

Et jeter sur papier toute cette réflexion.

C’est le dĂ©but d’un bon plan de communication.

Bien sûr, maintenant, il faut trouver les «bons» mots. Les mots justes qui répondront à la sensibilité de vos cibles et qui répercuteront le sens de votre message.

Ça demandera sans doute du temps. Mais une fois l’étape du questionnement franchie, les mots justes, les expressions fortes Ă©mergeront. Les communicateurs et les langagiers sont lĂ  pour ça! Nous y reviendrons dans un prochain article.

Bon vent!

 

Cet article vous a fait penser Ă  quelqu’un? N’hĂ©sitez pas Ă  lui faire suivre.

À tout bientît,

 

Isabelle

 

Vous aimerez peut-ĂȘtre lire :

Communiquer ce n’est pas parler

Échanger. S’entendre. Se comprendre

Le mot vaut mille images
ÉtiquetĂ© avec :                            

2 thoughts on “Le mot vaut mille images

  • 2021-02-03 Ă  06:58
    Permalien

    Superbe image que celle de la triangulation optique pour avoir une meilleure perspective de son positionnement sur le marchĂ©. Merci pour ce partage et ce rappel sur l’importance du choix des mots dans notre communication.

    RĂ©pondre
    • 2021-02-03 Ă  08:07
      Permalien

      Merci, VĂ©ronique pour ce commentaire. Mes pratiques de la voile et de coach m’ont amenĂ© Ă  converger vers cette image. Celle de l’Ă©ditrice, Ă  bien choisir les mots d’abord, puis Ă  se servir de l’image pour amener le lecteur, l’auditeur dans sa recherche de sens.

      RĂ©pondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *